SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


22 mars - « École morte » à Chelles : énorme succès de la grève des parents
Article publié le 23 mars 2019

Nous relayons ici le communiqué du collectif "Chelles en colère", suite à l’action organisée vendredi 22 mars 2019 sur toute la commune de Chelles.

« École morte » à Chelles : énorme succès de la grève des parents

Concernés par les fermetures de classe, la hausse des effectifs d’élèves et les suppressions de postes qui contraignent à faire mieux avec moins, abasourdis par l’absence totale de dialogue avec les acteurs de terrain dans les réformes en cours (loi dite de « l’école de la confiance », réforme du baccalauréat général et professionnel, Parcoursup…), choqués par les tentatives de musellement émanant de la hiérarchie de l’Éducation nationale, les parents d’élèves et les enseignants de Chelles, de l’école maternelle au lycée, se mobilisent fortement depuis plus d’un mois pour faire entendre leur voix au sein du collectif « Chelles en colère ».

Ce vendredi 22 mars, les parents déjà mobilisés appelaient l’ensemble des parents à « faire grève » en refusant de scolariser leurs enfants pour la journée. Cette opération « école morte » est un énorme succès puisque le mouvement a été suivi à plus de 80 % dans dix écoles, plus de 60 % dans une douzaine d’autres, entre 65 % et 85 % dans trois des quatre collèges, enfin à 50 % et 65 % dans deux des trois lycées de la ville.

Aujourd’hui, tous les établissements de Chelles portent le deuil de l’Éducation nationale. Le silence pesant qui règne désormais dans les couloirs et les salles de classe doit montrer à tous le futur que nous craignons pour l’école de la République. L’Inspectrice d’Académie, le Recteur et le Ministre Blanquer doivent entendre nos inquiétudes et notre colère. Nous ne lâcherons rien.

Le collectif « Chelles en Colère »