SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


Bouches du Rhône et Alpes Maritimes, le 5/12/2008
Article publié le 18 décembre 2008

Près de 150 réunions entre parents et enseignants ont eu lieu dans des écoles primaires des Bouches-du-Rhône et une vingtaine dans les Alpes-Maritimes dans le cadre d’une action nationale pour dénoncer "la casse de l’école publique.

"On a dénombré un peu plus de 150 réunions-véillées dans le département dont 86 à Marseille et, dans la quasi-totalité des cas, chacune regroupait école maternelle et élémentaire et parfois elles réunissaient plusieurs écoles d’un même secteur", a dit à l’AFP Christophe Doré, secrétaire général du SNUipp Bouches-du-Rhône, principal syndicat en primaire, et directeur d’une école élémentaire à Vitrolles. En soirée, "plus de 1.000 personnes", selon M. Doré et 500 selon la préfecture ont convergé à Marseille où ils ont descendu la Canebière jusqu’au Vieux Port. "Le cortège était composé en très large majorité de parents d’élèves", a précisé M. Doré.

Dans les Alpes-Maritimes, les groupes de parents et d’enseignants ont rallié en fin d’après-midi ces établissements situés majoritairement à Nice, mais aussi à Beausoleil, Grasse ou la Trinité. En restant sur les lieux tout ou partie de la nuit, ils entendent "dire non aux réformes de Xavier Darcos", ministre de l’Education nationale, a déclaré André Gaucher, président de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) du département. Organisée conjointement avec les syndicats d’enseignants, l’action a pour objet notamment de dénoncer "la suppression de postes en "Rased" -spécialistes de la difficulté scolaire, la diminution du nombre d’heures d’école en primaire, l’hémorragie de la scolarisation des moins de trois ans en maternelle".