SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


Boycott et motion dans le 94
Article publié le 30 novembre 2008

28/11/2008

Primaire : le ras-le-bol multiforme ne s’affaiblit pas

Refuser une prime c’est assez rare. C’est pourtant ce que font très spontanément une centaine d’enseignants du primaire, visiblement excédés par les mesures de ces derniers mois et qui interprètent négativement la prime versée aux enseignants qui réalisent les évaluations de CE1 et CM2.

"Nous, enseignants des écoles élémentaires travaillant au CE1 et au CM2, nous le disons sans équivoque : cette prime est une atteinte à notre dignité… Nous dénonçons cette prime qui met à mal le travail d’équipe, ignore le fonctionnement réel des écoles et apparaît comme une façon perverse de consacrer la dégradation de notre pouvoir d’achat".

C’est que c’est l’évaluation elle-même qui est rejetée. "Nous appelons les conseils des maîtres et les conseils d’école à prendre, dès à présent, des mesures fortes pour protéger les enfants et les écoles des méfaits éventuels des épreuves nationales CE1 et CM2, que ce soit en raison du contenu des épreuves ou de leur utilisation. Nous les appelons en particulier à refuser fermement toute publication des résultats des écoles… Nous ne supportons plus de travailler avec une administration qui pense pouvoir nous mener à la carotte et au bâton. Si c’est là le modèle éducatif de notre ministre, ce n’est pas le nôtre, ni celui de l’école laïque et républicaine". Ils demandent, à travers une pétition, au ministre de démissionner.

Ailleurs, à Créteil, plusieurs écoles sont occupées par des parents d’élèves qui refusent les nouveaux rythmes scolaires et la suppression des Rased.