SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |

Agenda


Communiqué du Comité de mobilisation du Collège Les Remparts
Article publié le 14 décembre 2018

10 décembre 2018.

Depuis plusieurs années, nous observons et dénonçons la multiplication de mesures qui vont à l’encontre de l’Éducation nationale publique et gratuite et de la Fonction publique dans son ensemble.

Nous enseignant-e-s et personnels éducatifs du collège Les Remparts réuni-e-s en Assemblée Générale, revendiquons :

- Le dégel du point d’indice et le rattrapage des années concernées.
- La sauvegarde du statut de fonctionnaires, et la titularisation de nos collègues contractuels.
- Être enseignant-e est un vrai métier, qui nécessite une réelle formation en amont et en continu, ainsi qu’une réelle rémunération et non une indemnité. Nous nous opposons à ce que des étudiant-e-s puissent être recruté-e-s comme AED (statut des surveillants) pour enseigner en tiers-temps pour 266€.
- La fin de la mise en concurrence des établissements et des équipes éducatives au travers des réformes du Bac et du Lycée. Les lycéens doivent pouvoir partout en France disposer des mêmes chances.
- La fin de la sélection à l’université, et la possibilité pour tou-te-s les bachelier-e-s d’accéder à la formation de leur choix.
- L’arrêt immédiat de toute répression à l’égard des lycéen-ne-s qui les prive de leur droit d’expression et de manifestation.
- La fin de la journée de carence.
- La fin du renforcement des pouvoirs des chefs d’établissement. Nous souhaitons pouvoir fonctionner collégialement et maintenir notre liberté pédagogique.
- La création d’un véritable statut de la fonction publique pour les AED, non limité dans le temps.

Nous n’acceptons pas que les territoires ruraux ou ceux de banlieues soient relégués en seconde zone. Nous souhaitons une véritable justice sociale.

Utiliser aujourd’hui notre droit de grève n’est pas une décision prise à la légère, nous avons aussi du mal à terminer nos fins de mois.

Nous refusons la vision d’une école inégalitaire, marchande et individualiste qui nous est imposée.