SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


Des écoles "occupées" par des parents dans le Val-de-Marne
Article publié le 18 décembre 2008

Dépêche AFP : Des écoles "occupées" par des parents dans le Val-de-Marne

Plusieurs écoles du Val-de-Marne, notamment à Fontenay-sous-Bois, ont été occupées symboliquement lundi par des parents d’élèves protestant contre "les réformes Darcos", a-t-on appris de sources concordantes.
A Fontenay-sous-Bois, toutes les écoles maternelles et primaires de la ville, soit 26 écoles, ont été occupées, selon les parents d’élèves.

L’Inspection d’académie a fait état pour sa part de l’occupation d’une "très grande majorité" des écoles de Fontenay-sous-Bois, sans en préciser le nombre, avec à chaque fois "de deux à huit ou neuf parents" par école, a précisé l’Inspecteur d’académie, Didier Jouault.

Quelques écoles ont aussi été occupées symboliquement à Vitry-sur-Seine et Ivry-sur-Seine, selon M. Jouault.

A Fontenay-sous-Bois, les parents, agissant avec le soutien de la fédération départementale des parents d’élèves FCPE, n’ont pas perturbé les cours, s’installant dans le bureau de la direction de l’école ou dans la loge pour filtrer les appels, a précisé l’un d’eux, David Larbre, à l’AFP.

"Nous avons établi un planning pour occuper les écoles par roulement jusqu’à vendredi", a ajouté M. Larbre, qui faisait partie des quatre parents occupant depuis lundi matin l’école maternelle Françoise-Dolto.
Les parents entendent ainsi manifester leur opposition aux réformes du ministre de l’Education nationale Xavier Darcos, a-t-il expliqué, citant la "suppression des Rased" (enseignants spécialistes de la difficulté scolaire), les menaces sur la maternelle, les "classes supprimées" ou les enseignants "non remplacés".

Quelque 1.500 personnes selon les organisateurs, 1.000 selon la police, avaient manifesté samedi à Créteil à l’appel notamment de la FCPE pour demander l’abrogation des réformes Darcos.