SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège |


Dès le 9 octobre 2018, mobilisons-nous contre ce modèle de société.
Article publié le 1er octobre 2018

Casse de la fonction publique ! C’est partout, c’est tous les jours, ça nous concerne toutes et tous. 

C’est quand on va à l’hôpital, c’est quand on accompagne nos enfants à l’école, au collège, au lycée, c’est quand on est contraint de placer un proche en EPHAD, c’est quand on cherche une réponse en mairie, au département...

Tous ces services ont une qualité qui baisse, des personnels en souffrance qui triment et des usager.es agacé.es du fonctionnement.

Ils diminuent les budgets partout, suppriment des postes partout, et se félicitent que cela ne fonctionne pas.

Un service public gratuit, de qualité et ouvert à tout le monde c’est autant de bénéfices en moins pour Macron, le président des riches.

Il veut du privé, du payant, de la qualité pour les riches, et les miettes pour le reste des gens.
Pour vous, pour nos enfants, pour nous. 
Les services publics c’est la possibilité pour tout le monde, même les plus pauvres d’avoir des services de qualité. 

Quoi qu’ils disent au gouvernement, quoi qu’essaye de faire croire Macron, quand on baisse énormément les financements dans les services publics et qu’on supprime des postes c’est qu’on se moque de l’égalité, qu’on se fiche des gens et qu’on ne pense qu’au confort des plus riches.

Dans l’éducation : 
- 1800 suppressions de postes et pour les combler des heures supplémentaires obligatoires.
- le recours massif à des contractuels jetables, en vie scolaire, chez les agents, chez les accompagnants des élèves en situation de handicap, chez les professeurs, plutôt que de former des personnels qualifié.es.
- des équipes d’agents, de vie scolaire en sous-effectif. Des arrêts non remplacés. 
- des RASED désertés.
- des injonctions pédagogiques réactionnaires.
- des collèges et des lycées surpeuplés
- des classes surchargées, des effectifs jusqu’à 35 élèves par classes dans le secondaire.
- des territoires entiers de la Seine et Marne sans médecin scolaire.
- des personnels épuisé.es. 

Si les moyens mis pour l’éducation sont ultra-insuffisants, c’est partout que l’État réalise des économies sur les services publics :

A la santé, les équipes sont de plus en plus sous tension, tout le temps. Les charges de travail ne cessent d’augmenter, et les effectifs de personnels baissent. 

Au ministère des sports également, 1500 suppressions de postes, des coupes budgétaires... On est les champions !

Doit on rappeler le sort réservé à la Poste, dont la fermeture de bureaux se compte par centaines et les suppressions d’emplois à plus de 100 000 ces 15 dernières années, pour faire prendre conscience du modèle de société que l’on nous impose ?

Et c’est partout pareil, chez les pompiers, à l’hôpital, à l’école, dans les transports, dans les collectivités !

Mobilisons nous massivement usagers et fonctionnaires, dès le 9 octobre 2018, contre ce modèle de société.

Ne lâchons rien !