SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents (IATOSS, administratifs) | Interprofessionnel | Pédagogie | Précaires et non titulaires | Tous les personnels | COVID 19 | Réformes Lycée (Pro, GT, baccalauréat) |

Pour en finir avec la précarité ...
Article publié le 6 décembre 2009

Pour en finir avec la précarité ...
Dans l’éducation, une seule solution, la titularisation !
L’Education Nationale est le premier employeur de travailleurs précaires en France avec ses vacataires,contracuels, contrats aidées (CAE, CAV, EVS,...), assistants d’éducation ... Et la liste va encore s’allonger. La réforme sur la Masteristaion outre le fait qu’elle va dégrader encore davantage la formation des futurs enseignants, fera entrer encore plus de contractuels et vacataires dans les collèges et lycées. Elle introduira unenouvelle forme de précarité qui n’existait pas jusqu’alors chez les enseignants du premier degré. Il semble pourtant évident que pour mettre en oeuvre une politique éducative ambitieuse, il faut des équipes stables et
formées ...

La logique capitaliste qui consiste à capter les richesses au profit d’une minorité connait aujourd’hui une crise financière qui n’affaiblit pas les plus riches. Au contraire elle plonge les travailleurs dans une crise sociale sans précédent avec son lot de délocalisations, de licenciements économiques (en augmentation de 31,4% en un an) et une précarité toujours plus présente sur nos lieux de travail.
Le gouvernement, loin de protéger les chômeurs vient de remettre les dossiers de 320.000 chômeurs à des entreprises privées qui reçoivent en prime 425 millions d’euros pris sur le budget de Pôle Emploi (cette gestion par le privé coûterait de 7 à 10 fois plus cher que dans le public). C’est une fois de plus le patronat qui va bénéficier de notre argent, cette fois-ci (et c’est un comble) pour “gérer” la précarité qu’ils créent.

Il est urgent de rompre avec ce système.

Pour une véritable transformation sociale, nous exigeons avant tout :

- L’indemnisation de toutes les formes de chômage

- L’augmentation des allocations chômage et des minimas sociaux

- L’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font du profit

- L’instauration d’un statut du salarié, financé par une nouvelle cotisation patronale, qui
garantisse la continuité de rémunération et rende effective l’obligation de reclassement
des salariés

- L’arrêt des suppressions d’emploi dans la fonction publique et la création des postes
et emplois nécessaires

- Dans la fonction publique : la titularisation de tous les précaires sans conditions de
concours ou de nationalité et l’arrêt du recrutement de précaires

- Une nouvelle réduction du temps de travail, sans baisse de salaires avec embauches
correspondantes

- L’arrêt des privatisations et renforcement des services publics

- La limitation de la libre circulation des capitaux et la socialisation du secteur bancaire

manif 5 dec 2009