SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents (IATOSS, administratifs, ATRF) | Interprofessionnel | Notre journal | Pédagogie | Précaires et non titulaires | Tous les personnels | COVID 19 | Réformes Lycée/Bac |


Pourquoi nous faisons grève contre les épreuves du Bac !
Article publié le 29 juin 2021

Nous enseignants de lycée, nous nous mettons en grève lors des épreuves du baccalauréat 2021 et dans la continuité de 2019 , car nous nous insurgeons contre la réforme du Bac Blanquer qui est pour nous le symbole de toujours plus de discriminations sociales et de dominations de classe. Nous ne sommes pas dupes de la fausse imagerie de l’école laïque et républicaine de Jules Ferry.
Cliquez pour lire la suite.

Pourquoi nous faisons grève contre les épreuves du Bac !

Nous enseignants de lycée, nous nous mettons en grève lors des épreuves du baccalauréat 2021 et dans la continuité de 2019 , car nous nous insurgeons contre la réforme du Bac Blanquer qui est pour nous le symbole de toujours plus de discriminations sociales et de dominations de classe.

Nous ne sommes pas dupes de la fausse imagerie de l’école laïque et républicaine de Jules Ferry.

En effet, cette dernière a été construite sur les cendres encore chaudes de la Commune. En créant cette école, le vœux de Ferry était qu’une révolution ne se reproduise plus . Son objectif était de combattre dans l’œuf l’idée de lutte de classe des exploités contre les exploiteurs et de maintenir l’ordre social menacé par la révolution. Une citation célèbre de Ferry :« Non certes l’État n’est point docteur en mathématiques, en lettres, ce n’est pas pour cela qu’il rétribue ses professeurs, il s’en occupe pour y maintenir une certaine morale d’État, indispensable à sa conservation . »
Dans cette idée de l’École comme le souligne Foucault, il y a l’idée d’apprendre mais aussi de surveiller, de récompenser, de hiérarchiser et surtout on y apprend à obéir.

Le propos de cette école n’est pas l’émancipation collective mais individuelle. On n’en appelle pas comme le proposera Freinet plus tard à une École qui prépare à une autre société mais plutôt à la méritocratie. Le concept d’ascenseur social en est l’incarnation, si tu travailles bien à l’école tu réussiras socialement, cette mise en compétition des élèves brise les solidarités de classe. Ce n’est pas la reproduction sociale qui crée l’échec scolaire mais la mauvaise volonté de l’élève. Cette culpabilisation des classes défavorisées renvoie à l’individu plutôt qu’au sentiment de classe. Le rêve de la réussite individuelle au détriment de l’émancipation collective enferme le prolétariat dans une quête individualiste. Quid de la coopération et de la solidarité de classe ? Et pour la grande majorité du prolétariat l’ascenseur reste bloqué.

Après si réussir consiste à trahir sa classe à devenir un petit soldat du système, la question est est-ce ce que nous le voulons ?

Si nous reprenons le concept d’hégémonie culturelle de Gramsci, on mesure le poids politique de l’École. En effet Gramsci part du postulat que la conquête du pouvoir présuppose celle de l’opinion publique. Il décrit la domination culturelle de la classe dirigeante ainsi que le rôle que les pratiques quotidiennes et les croyances collectives jouent dans l’établissement des systèmes de domination.
Il va sans dire que l’École peut être un outil idéal de propagande bourgeoise. L’école le fut et le reste.

Ce processus s’accélère avec la réforme Blanquer que nous combattons depuis 2019 première grève du Bac.

Aujourd’hui nous sommes en grève contre la Réforme du Bac Blanquer et notamment contre son épreuve du Grand Oral, car pour nous il y a un enjeu de classe évident. Cette épreuve a un coefficient de 10 et aucun moyen ne lui a été alloué malgré ce coefficient important. En effet, aucune heure fléchée n’a été donnée pour préparer cette épreuve. Une épreuve à laquelle on ne prépare pas, et qui transforme les inégalités sociales en inégalités scolaires, qui produiront elles-mêmes de nouvelles inégalités sociales, dans une boucle de reproduction infini de l’ordre social. Les élèves dont les parents sont diplômés peuvent aider leur enfant à préparer l’épreuve, ce qui n’est pas le cas des classes populaires. La maîtrise de la langue est socialement discriminante.

Le Grand Oral institutionnalise les inégalités qu’il est censé réduire.
Cette épreuve a un caractère managérial qui peut s’apparenter à un entretien professionnel. En effet, l’élève doit présenter son parcours d’orientation, le propos n’est pas de construire un savoir, de développer son esprit critique mais de se vendre comme individu comme un auto-entrepreneur et d’intérioriser le jeu social capitaliste.
Nous refusons que l’École lieu où l’on devrait se construire, apprendre à vivre avec l’autre, devienne la première marche vers l’exploitation !

Les critères de notation de cette épreuve sont complètement aléatoires. On nous demande de juger de « la capacité du candidat à s’engager dans sa parole ». Comment évaluer ceci de manière objective ? Tout ceci laisse la place à l’arbitraire ou aux marqueurs sociaux. Une épreuve qui valorise la forme mais pas le fond.

Blanquer par ego a voulu maintenir cette épreuve car c’est le symbole de son nouveau Bac inégalitaire.

Depuis sa mise en place le système a supprimé le groupe classe, l’élève change de groupe construisant son parcours individuel au détriment du collectif, ce n’est pas anodin, c’est très idéologique. L’enseignant se voit de plus en plus dans l’impossibilité de construire du collectif.
Et cerise sur le gâteau Parcoursup en terminale, système algorithmique est un outil de sélection sociale. L’élève doit faire une lettre de motivation où il raconte toutes ses expériences extra-scolaires, ce qui suppose que l’enfant des classes dominantes aura davantage de chance d’accéder aux études supérieures que les autres. Le fait même d’écrire ce courrier est marchandisé par certaines sociétés privées car écrire ce courrier est une chance de plus d’accéder à l’école de ses rêves. Le concept de reproduction sociale de Bourdieu va s’amplifier avec cette réforme.

Le Bac n’est donc plus la porte assurée qui mène aux études supérieures. Beaucoup d’élèves restent sur le carreau. Les classes dominantes peuvent payer à leur enfant des écoles privées mais le prolétariat n’a pas cette opportunité. Par conséquent Parcoursup est une machine à broyer les pauvres !

Les épreuves communes locales et les épreuves en contrôle continu sont une remise en question du caractère national du Bac. Force est de constater que les territoires géographiques correspondent à des disparités sociales. Un lycée du 16ème et du 93 n’a pas socialement le même public scolaire. Le Bac Blanquer va accroître les inégalités de classe ! Quel valeur aura un Bac local ?
En outre le covid n’a pas permis aux élèves d’avoir une égalité de traitement certains étaient en demi-jauge d’autres pas. Aucune position nationale à ce sujet. Ce qui se joue dans cette réforme a un caractère de lutte de classe que tout révolutionnaire devrait comprendre !

Afin d’éviter la rétention des copies en français et en philosophie, comme en 2019 le Rectorat les a numérisées rendant la correction plus difficile, c’est également un outil pour surveiller les collègues. Cette situation est source de grande souffrance au travail.
Cette semaine le Bac Blanquer s’est transformé en Bacatastrophe : des convocations le week-end la veille des épreuves, des élèves sans jury, des convocations sans adresse, des jury sans spécialités des jury concernés .

Et les dotations globales ou heures allouées par établissements pour l’année prochaine sont toujours à la baisse et ceci malgré les heures perdues en raison du covid.

C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé de nous mettre en grève.

L’Ecole imposée par le gouvernement ne nous convient pas. Nous souhaitons créer une Ecole de coopération et de l’entraide, récupérer notre outil de travail pour redonner du sens politique à notre métier. Notre objectif et de créer une éducation émancipatrice moteur de transformation sociale !