SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


Refus à Grigny (69)
Article publié le 25 janvier 2009

Grigny (69) , le 15/01/2009

Pour info aux collègues du forum et du Collectif 69 "Sauvons les RASED" :quelques nouvelles du Rhône où notre cause est de mieux en mieux relayée !

1. Délégation d’enseignants reçue hier à l’IA, remise de motions actant et soutenant le gel de l’aide personnalisée dans les écoles (cf. compte rendu ci-dessous, transmis par un enseignant de Givors membre de la délégation, )

2. Au passage et pour comptage, 20 signatures "papier" (pétition "Sauvons les Rased") recueillies au Congrès des Maires du Rhône en décembre (dont maires de Millery, des Sauvages, de Rivolet, 2 adjoints de la mairie de Lyon, etc. ), remises à cette occasion à l’IA via le SNUIPP.

3. A lire enfin : l’appel du maire de Grigny (69) à manifester le 17/01

Tout est possible.
Dominique Vrinat

CR de la mobilisation du jour sur l’aide personnalisée.

Ce mercredi 14 janvier, nous avions appelé les collègues à se rassembler devant l’IA et à apporter les motions de suspension ou de soutien, concernant l’aide personnalisée. Plus de 200 personnes étaient présente et ont placardé l’Inspection Académique d’affiches diverses. Le SNUIPP avait demandé d’être reçu par l’inspecteur d’académie. La délégation se composait de 6 enseignants et un parent.
Nous avons remis dès le début de l’entretien les motions, les pétitions en faisant remarquer à l’IA que cette pile de documents représentait + que 1% d’écoles mobilisées (comme l’annonce le recteur), et qu’au contraire la mobilisation des écoles du Rhône est d’une ampleur historique.

Nous avons bien expliqué que nous faisons la différence entre AP et RASED, et que le recul du ministre reste pour nous insuffisant.
Mr Aubry a enchaîné sur le fait qu’il a instruction pour que les aides personnalisées soient mises en oeuvre et continue sur les retraits de salaire qui auront lieu pour service non fait. Nous lui avons répondu que ces propos étaient provocants pour les collègues du primaire qui ne comptent pas leurs heures de travail et que de fait c’est une rupture avec notre façon de travailler. Nous avons également demandé si celui qui doit assurer les remplacements dans les écoles (donc l’IA) sera également ponctionné pour service non fait.

Pas vraiment de réponse de sa part... si ce n’est qu’il admet qu’il a des soucis de remplacement... il dit faire avec ce qu’on lui donne... et lève les yeux au ciel quand on lui dit que le recteur nous annonce qu’il lui donne ce qu’il demande...

Nous avons bien souligné le fait qu’il ne peut pas faire de prélèvements de salaires pour le moment étant donné qu’il écrit lui même que ces 60H sont annualisées... Il ne répond pas vraiment là dessus... On saura en fin de séance, en aparté que Mr Duret (inspecteur d’académie adjoint, ex-IEN de Givors) est un peu de notre avis et lui en a sûrement un peu parlé...

Pour les suppressions de postes du RASED, après un premier tour de chauffe ou visiblement il a essayé de nous dire que ce serait 64 postes supprimés sur le Rhône, il annonce que le chiffre sera aux alentours de 32... les autres postes étant affectés en surnuméraire sur des écoles. Il a fallu 20 minutes de demandes d’explications sur les 70 postes qui deviennent 64, alors que le ministre nous annonce 50% des suppressions de postes annulées...

Nous avons également souligné la situation très inconfortable des personnels qui ne savent pas ce qu’ils feront l’an prochain... On devrait avoir des précisions la semaine prochaine.

Nous l’avons également invité à participer à la manifestation de samedi 17...
Continuons !
Fabien

René BALME, maire de Grigny, communique :
Le Président Nicolas Sarkozy réforme l’Education :
manifester samedi 17 janvier 2009 à Lyon

Les ministres successifs de l’Education, le dernier étant nommé par Nicolas Sarkozy, sont missionnés pour le seul objectif de réduire les moyens publics. La municipalité se joint au Collectif de parents de Grigny et dénonce, entre autres :

- la suppression de 6 000 postes dans le primaire à la prochaine rentrée scolaire : cela signifie l’augmentation du nombre d’élèves par classe, alors que le nombre d’élèves est en hausse

- la suppression des Réseaux d’Aide Spécialisés aux Elèves en Difficulté (RASED) : cela va à l’encontre de la lutte contre l’échec scolaire

- la suppression de la scolarisation des enfants de 2 ans : cela remet en cause l’égalité des chances, notamment pour les élèves de familles non francophones

- le non remplacement des professeurs malades

- la suppression des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres (IUFM)

Tout ceci est engagé par le gouvernement, en prenant bien soin de mener de véritables campagnes de propagande pour dénigrer le statut des enseignants et pour faire croire que la crise économique touche tout le monde. En fait, le président de la République veut se libérer au maximum du secteur public pour lui préférer le système marchand. La France est un pays riche, mais pas pour tout le monde. La France est un pays de solidarités sociales nationales et locales qui permettent au plus grand nombre (et non pas aux plus fortunés) d’accéder aux biens et aux services.

Toutes les réformes engagées sous cette mandature Sarkozy sont une catastrophe pour l’école, du plus jeune âge et jusqu’à l’enseignement supérieur. Seuls les enseignements privés restent intacts, dotés même de moyens supplémentaires puisqu’il est, par exemple, exigé des Communes de les financer aussi. Cela revient à garantir une instruction et un avenir professionnel décent aux seuls élèves issus de familles fortunées ou qui se saigneront pour scolariser leurs enfants. En qualité de maire, j’affirme que je ne veux pas de ça à Grigny, cette ville dans laquelle la gauche agit depuis plus de trente ans pour garantir un mélange intelligent des couches sociales.

La conception gouvernementale du partage des richesses d’un pays, d’une société, est égoïste et inhumaine, elle est contraire aux valeurs qui fondent -encore pour l’instant- la République française. J’invite tous les Grignerots à l’affirmer au Président Sarkozy et au ministre de l’Education nationale, en manifestant samedi 17 janvier 2009 à Lyon. Un
départ collectif en car est organisé, à 13h30 devant l’Hôtel de Ville.

René BALME
Maire de Grigny 69520, le 14 janvier 2009