SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


Refus des 60 heures dans le 93 et le 94 : Le point sur les résistances au 28/11/08
Article publié le 28 novembre 2008

Villejuif, le 15/11/08

Le Conseil municipal,
Vu le code général des collectivités territoriales,Vu le code de l’éducation, Vu la loi n°2008-790 du 20 août 2008, instituant un droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire, Vu le décret modifié n°90-788 du 6 septembre 1990 relatif à l’organisation et au fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires, Vu le décret n°2008-901 du 4 septembre 2008 relatif à la compensation financière de l’Etat au titre du service d’accueil, Vu la circulaire n°2008-082 du 5 juin 2008 du ministre de l’éducation nationale, relative à l’organisation du temps d’enseignement scolaire et de l’aide personnalisée dans le premier degré, Vu la circulaire n°2008-111 du 26 août 2008 du ministre de l’éducation nationale, sur la mise en œuvre de la loi relative au droit d’accueil au profit des élèves des écoles maternelles et élémentaires,

Considérant le droit à l’éducation, à la culture, au sport, inscrits dans la

Convention internationale des droits de l’enfant,

Considérant le projet éducatif local (PEL), élaboré avec l’ensemble des acteurs et partenaires concernés, et dont le caractère tant innovant que pérenne de ses actions a été couronné par le label de l’UNESCO « ville amie des enfants »,

Considérant l’efficacité des dispositifs existants, dans le cadre du temps scolaire, en matière d’aide aux enfants en difficulté, et notamment le réseau d’aide spécialisé aux élèves en difficulté (RASED),

Considérant la spécificité et l’expérience de l’école maternelle en France qui vise tout autant l’apprentissage du langage, l’épanouissement que la socialisation des enfants,

Considérant l’intérêt de l’enfant et le respect de sa personne,

Considérant la nécessité de garantir la sécurité des enfants,

Considérant les attentes du Comité local de réflexion et d’action pour l’école de la réussite mis en place le 06 octobre 2008 et dans le respect des rôle et responsabilités de chacun,

Vu le vœu du Comité départemental de l’Éducation Nationale, en sa séance du 22 septembre 2008,
Délibère :
Article 1 er : Refuse la mise en place du service minimum d’accueil, qui attente au droit de grève, droit constitutionnel et au principe de libre administration des affaires communales.

Article 2 : Refuse que la ville se substitue à l’Éducation Nationale lors des absences des enseignants et dénonce l’atteinte à leur métier comme aux métiers de l’accompagnement éducatif.

Article 3 : Refuse de participer au démantèlement du service public laïc d’éducation que constitue la réorganisation actuelle de la semaine scolaire avec l’externalisation de l’aide aux élèves en difficultés, ainsi que les nouveaux programmes, engagés
sans concertation.

Article 4 : Demande l’annulation des décrets Darcos supprimant les heures de classe pour les élèves et annualisant les obligations de service des enseignants.

Article 5 : Demande que les moyens financiers d’État soient utilisés à pérenniser et amplifier les actions éducatives développées dans notre ville (études, aides aux devoirs, accueils de loisirs, activités culturelles et sportives).

Article 6 : S’engage à informer les Villejuifois et les personnels des conséquences organisationnelles et financières induites par l’application des réformes envisagées pour l’école.

Article 7 : S’engage à soutenir les initiatives concertées des acteurs et partenaires éducatifs œuvrant pour que l’école s’acquitte de sa mission démocratique : faire réussir tous les enfants dans le cadre de l’école de la République.

Claudine CORDILLOT

Maire

Champigny, le 16/11/08

Voici notre lettre, à H.Bassis primaire pour expliquer les raisons de notre grève :

Ecole élémentaire Henri Bassis
 Pourquoi les enseignants font grève le 20 novembre ?
 Il nous semble essentiel de vous expliquer les raisons de cette grève car nous avons besoin de l’attention, de la compréhension et du soutien de tous les parents.
 
Nos revendications concernent vos enfants.
 
La plupart des élèves ont perdu 2h de cours par semaine alors que les programmes scolaires n’ont pas été allégés : il en résulte dans les classes un sentiment d’urgence, les enseignants ont moins de temps pour faire acquérir les notions, ont moins de temps pour mettre en place des projets de classe valorisants et motivants.

Apprendre ce n’est pas seulement empiler des connaissances, c’est également construire des méthodes, des stratégies d’apprentissage essentielles qui permettront à l’élève de se débrouiller plus tard dans sa vie d’adulte. Ceci ne semble pas une priorité des nouveaux programmes.
 
Concernant l’Aide Personnalisée (soutiens), toutes les études montrent que le soutien le plus efficace est celui qui a lieu au sein de la classe (pour que l’élève profite d’une dynamique, d’une émulation), et non pas en mettant à part certains élèves.

Nous n’avons pas attendu cette année et les mesures prises par Xavier Darcos pour mettre en place le soutien dans nos classes. Il fait partie intégrante de notre pédagogie comme cela vous a été expliqué lors des réunions de parents de début d’année.
 
En outre, la mise en place de l’Aide Personnalisée permet au gouvernement de justifier la suppression des postes du RASED (Réseau d’Aides Spécialisées pour les Enfants en Difficulté) alors que ces enseignants n’agissent pas du tout sur le même type de difficulté : ils accueillent des élèves qui ont des difficultés d’apprentissage plus globales, et non pas sur un point précis du programme, ils interviennent sur un registre qui dépasse le cadre purement scolaire.

Les psychologues scolaires font également partie du RASED, ils sont donc concernés par cette mesure. Or, certains d’entre vous le savent pour avoir fait appel à eux pour leurs enfants, ils sont indispensables.
 
L’Ecole est en danger, et il importe que les parents ne se laissent pas manipuler par des discours démagogiques qui flattent l’opinion dans le sens du poil en cassant du sucre sur le dos des enseignants, et en prétendant qu’avec des méthodes rétrogrades nous allons résoudre les problèmes de l’échec scolaire.

Nous réclamons l’abandon des mesures administratives et des décrets Darcos et revendiquons la mise en œuvre d’une politique éducative ambitieuse, pour éradiquer vraiment l’échec scolaire et œuvrer pour une école de la réussite de tous.

A l’opposé des suppressions massives de postes et de la désorganisation en cours, nous avons besoin dans notre école de sérénité, de dialogue et d’un nombre suffisant d’enseignants pour que nos enfants puissent recevoir de l’école tout ce qu’elle leur doit, dans les meilleures conditions.

Bien entendu, l’équipe enseignante reste à votre disposition pour plus de renseignements.

Créteil, le 22/11/08

Voici ce qui s’est décidé ce matin à la réunion des parents de l’école des Sarrazins samedi 22/11 :
- DIMANCHE 23/11 : sensibilisation et pétition sur le marché de Créteil village
 - LUNDI 24/11 : Gaston Defferre poursuit le blocage de l’école et est rejointe par l’école des Sarrazins.

un rassemblement de parents aura lieu devant l’IA à 17h
- MARDI 25/11 : des parents participeront à l’AG du collectif de Créteil à 18h (à la maison des syndicats ?)
- JEUDI 27/11 : ECOLES MORTES sur tout Créteil

Manifestation l’apm devant le rectorat
 

Créteil, le 27/11/2008

Selon le comptage de ce matin, 17 écoles cristoliennes sont occupées ce jeudi 27 novembre par des parents d’élèves.

Boissy-St-Léger, le 22/11/2008

Nous, parents d’élèves et enseignants du groupe scolaire Amédée Dunois, réunis ce matin dans l’école, avons pris connaissance de la motion des enseignants et des parents du groupe scolaire Gaston Defferre à Créteil, et comme eux, nous prononçons pour le retrait du décret Darcos.

Nous n’acceptons pas que les enfants soient privés des enseignants RASED ( Réseau d’Aide Spécialisé aux Enfants en Difficulté)

Nous n’acceptons pas la suppression des 13 500 postes

Nous n’acceptons pas la suppression des 2 heures d’enseignements hebdomadaires pour les élèves avec la mise en place de l’aide individualisée (soutien) par les enseignants non spécialisés

Nous n’acceptons pas les changements prévus sur les horaires hebdomadaires ( école le mercredi, fin des cours à 15h ou 15h45),

Nous n’acceptons pas non plus la transformation à venir des premières années d’école maternelle en jardins d’enfants payants.

Nous refusons également la mise en place des EPEP.

Toutes ces mesures nous semblent bafouer l’égalité des chances pour tous au sein de l’école publique.

Pour ces raisons, nous en appelons à toutes les organisations syndicales nationales : Snuipp , Unsa, Snudi FO, CGT, Sud, Sgen CFDT, pour qu’elles se réunissent ensemble dans l’unité et qu’elles organisent le rapport de force nécessaire pour faire reculer le ministre jusqu’aux retraits de tous ses décrets. (la grève avec une manifestation nationale nous semble nécessaire).

L’avenir de nos enfants ne peut reposer sur des restrictions budgétaires.

Motion adopté à l’unanimité des présents moins une abstention

Nous envoyons cette motion aux syndicats départementaux et nationaux et à toutes les écoles du Val-De-Marne

Saint-Denis, le 20/11/08

L’Assemblée Générale des personnels en grève de la ville de Saint-Denis, s’oppose à la casse généralisée du système éducatif, programmée par les décrets Darcos, la suppression de 13500 postes, et la disparition des RASED sur 3 ans.

L’AG se félicite du succès de la grève unitaire de ce jeudi 20 novembre et appelle l’ensemble des collègues à poursuivre la mobilisation en se mettant en grève le Jeudi 27 Novembre, jour de l’ouverture du Salon de l’éducation.

L’AG appelle les collègues à poursuivre la mobilisation jusqu’à satisfaction des revendications :
La suspension et le gel des mesures DARCOS sur les 60 h d’aides personnalisées

La création de plusieurs centaines de postes budgétaires pour réduire les effectifs et pour améliorer le remplacement (450 postes),

Le maintien de la formation professionnelle initiale et continue

Le maintien et le développement des RASED et de la psychologie scolaire, avec un accroissement des départs de collègues en stages de formation,

Le développement du temps de concertation,

L’abandon du projet de loi créant les EPEP

L’arrêt des pressions contre les équipes pédagogiques.

L’augmentation générale des salaires

20 Pour

5 Contre

21 Abstentions

0 NPPV

Saint-Denis suite, le 20/11/08
 

45 personnes en AG, + de 80 % de grévistes. Une ambiance très chaude, avec la volonté de préparer un mouvement de grève dur et interprofessionnel.

dée de faire un forum sur "l’école que nous souhaitons" puis de préparer des états généraux de l’éducation.
 
Suites :
 
- Motion appelant à la suspension des heures de soutien (40 Pour, 0 Contre)

 -Motion Appelant à la Grève "reconductible" à partir du jeudi 27 Nov. ( 11 Pour !!!

7 Contre, 27 Abstention)

 -Motion appelant à la grève le Jeudi 27 Novembre (20 Pour, 0 Contre, 21 Abstention)

Le 4 novembre 2008, le Parlement a voté le budget de l’Education Nationale. Celui-ci prévoit la réaffectation dans des classes ordinaires, dès la rentrée 2009, de 3000 maîtres spécialisés dans la difficulté scolaire.

Cette décision, prise sans aucun bilan ni concertation avec les personnels concernés, signifie la disparition progressive et programmée des RASED. Le gouvernement justifie cette disparition par la mise en place de l’aide personnalisée. C’est inacceptable. Le travail effectué par les membres du RASED auprès des élèves en difficulté, mis en place dans la concertation par les équipes, est irremplaçable.

L’Assemblée Générale de grève appelle à la suspension de l’aide personnalisée et à sa transformation en temps de concertation en équipes et avec les partenaires de l’école (parents d’élèves, etc.).

40 Pour

0 Contre

5 Abstention

0 NPPV