SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


TRACT REFORME LYCEE ELEVES PARENTS
Article publié le 14 décembre 2009

Après avoir du remballé la reforme des lycées l’an dernier, voilà la réforme Châtel.

Le gouvernement prétend :

Mieux accompagner chaque lycéen ?
L’ « Accompagnement personnalisé » de deux heures hebdomadaires de la 2nde à la Terminale, pour tous les élèves, est une intention louable. Malheureusement, dans les faits, son instauration se traduit par :

la suppression des demi-groupes et de l’aide individualisé (en français et en mathématique) en seconde qui permettaient d’insister sur les difficultés des élèves ;

un soutien « personnalisé » dans des groupes dont les effectifs maximums ne sont pas définis
un accompagnement déconnecté du travail en classe et des difficultés disciplinaires des élèves ;

un « flou » dans la mise en œuvre puisque, selon les classes et les établissements, pourra y être mis en place aussi bien une aide, qu’un perfectionnement ou un travail sur la méthodologie ou l’orientation.

Mieux s’adapter à son époque ?

suppression de tous les dédoublements de droit et à une réduction sensible des horaires de la majorité des disciplines ;

réduction à 1H30, en seconde, de l’horaire de toutes les disciplines d’exploration (SES, SMS, PCL, MPI, …) ce qui est largement insuffisant pour s’initier vraiment aux disciplines nouvelles qui ne sont pas enseignées en collège (SES, SMS, Gestion, …) ;

regroupement en 1ère les élèves de séries différentes dans les matières du tronc commun, avec l’intérêt majeur de pouvoir constituer des classes de 1ère qui seront toutes à 35…

généralisation des groupes de niveaux en langues avec le risque, pour les élèves moyens ou en difficulté, de décrocher et de ne pas profiter d’une dynamique de groupe.

Mieux orienter ?

- Les "sas de réorientation" en cours d’année et les stages de réorientation et de remise à niveau pendant les vacances scolaires sont un leurre. Le risque en cours d’année : évacuer les élèves vers d’autres filières générales ou professionnelles plutôt que de leur donner les moyens de réussir. Problème : s’il n’y a pas de professeurs volontaires pour travailler en heures supplémentaires, qui les mettra en place ?

- Pour "mieux" orienter les élèves on supprime massivement des postes de conseillers d’orientation (aujourd’hui, chacun suit 1400 élèves !) et on externalise l’orientation vers… les "infos" (payantes) du privé et autres plates forme multimédia.

En fait, depuis 6 ans, les économies coutent très cher aux élèves !
43 000 postes ont été supprimés dans l’Éducation Nationale depuis 6 ans, pour un total de 80 000 prévus jusqu’en 2012… Voici peut être la principale motivation « pédagogique » de la reforme Châtel. Des heures pour accompagner les élèves en plus de leurs cours et inscrites dans nos services, nous sommes pour. Le travail en petit groupe pour aider les élèves dans leur orientation ? Pour cela, nous avons besoin des conseillers d’orientation, c’est leur métier. Instaurer un tronc commun en première pour donner une culture commune à tous les élèves ? Oui, mais pas avec 35 élèves de séries différentes dans chaque classe.
Et pourtant mettre des moyens dans l’Éducation nationale, c’est efficace :
La démocratisation des années 1980-90 a permis aux jeunes d’être plus qualifiés, de mieux s’insérer, de trouver des emplois qualifiés et des salaires plus élevés : les formations universitaires dispensées à la fin des années 80 ont accru en moyenne les salaires de 50%. Toutes les études sérieuses montrent que le diplôme reste une arme incontournable contre le chômage et contre la précarité.

Des élèves ont des difficultés, ils ne parviennent pas à les surmonter ? Pourtant, quand ils ont de bonnes conditions de travail, quand les profs ont les moyens de bien faire leur métier, l’échec diminue.
Pourquoi ne pas donner systématiquement cette chance aux jeunes ?

C’est la raison d’un appel à la grève Académique le jeudi 10 décembre (présentation de la « réforme » pour avis au Conseil Supérieur de l’Education)
Manifestation métro Sèvres Babylone 14h30

Réunion débat avec les parents FCPE sur la reforme du lycée
Salle Polyvalente lundi 14 Décembre 18h

Les enseignants des syndicats Sud, Snes, Fo … du lycée……

TRACT PARENTS ET ELEVES