SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |


Toulouse, le 13/12/2008 Entre 3.500 et près de 5.000 personnesont manifesté, samedi à Toulouse, pour protester contre "la casse de l’école publique"
Article publié le 18 décembre 2008

Entre 3.500 et près de 5.000 personnes, selon les estimations de la police et des organisateurs, ont manifesté, samedi à Toulouse, pour protester contre "la casse de l’école publique", a constaté un journaliste de l’AFP.

Rassemblés derrière une banderole "Service public d’éducation : non à la casse" et à l’appel de divers syndicats d’enseignants, d’associations éducatives ou de parents d’élèves, les manifestants ont défilé dans le centre-ville de Toulouse aux cris de "Dans les écoles, y’a du boulot et dans la rue y’a des chômeurs, embauchez !".

De nombreuses personnes, revêtues d’un gilet jaune fluorescent réfléchissant, étaient venues en famille pour prendre part à la manifestation au sein de laquelle de nombreuses pancartes ou banderoles d’écoles toulousaines portaient la mention "Enseignants, parents en colère".

"Les réseaux d’aide sont en danger, la maternelle est menacée, les postes supprimés par milliers. Non, non, non à la casse de l’école", était scandé par de nombreux manifestants en tête de cortège.

"Darcos n’a rien compris ou fait mine de comprendre", a déclaré une enseignante de maternelle de Grenade-sur-Garonne (Haute-Garonne) qui arborait un panneau indiquant "la règle de 3 de Xavier Darcos". "164.000 élèves en plus en 2009, 13.000 postes en moins en 2009, 11.200 en moins en 2008".

"Il faut les arrêter, ils veulent tout casser", criait un groupe de membres des réseaux d’aides spécialisées aux enfants en difficulté (Rased), menacés, selon eux, par le réforme du ministre de l’Education nationale.

"Le budget 2009 accentue la logique des moyens affectés à l’Ecole", confiait Christian Belinguier, secrétaire général du SNUipp de la Haute-Garonne, pour qui la réforme "porte un coup au service public d’éducation".

Non loin de lui, un père de famille exhibait une effigie de Xavier Darcos portant sur le corps, transpercé de pics, tous les griefs des enseignants et des parents d’élèves en colère.